Site du Scope

Carrousel retex rouge 1

Lorsqu'on pratique son activité ou sa profession dans l'urgence, on a forcément été confronté à la prise de décision rapide. Prendre une décision, ca demande de faire un choix, des choix, de se positionner. Certains de ses choix n'ont peut être parfois pas été les meilleurs pour la victime , mais ils ont un avantage quand même... celui d'aider les autres personnes qui seraient confrontées à une situation similaire à décider différement... d'avoir appris de l'erreur.

Lorsque l'ont fait une erreur, il y'a deux façons de la considérer :

  • La CACHER et se rendre compte de n'avoir donné ni le meilleur à la victime/au patient, ni les apprentissage de ses erreurs aux autres personnes qui risqueraient de la reproduire (et donc par extension aux autres victimes/patients)
  • La PARTAGER et faire profiter les autres de son erreur, de manière à ce que celle qui vient de se produire, soit la dernière. 

Le problème, c'est qu'encore aujourd'hui, la culture de l'erreur reste encore trop attachée à celle du jugement et de la critique

Carrousel retex rouge 1

Lorsqu'on pratique son activité ou sa profession dans l'urgence, on a forcément été confronté à la prise de décision rapide. Prendre une décision, ca demande de faire un choix, des choix, de se positionner. Certains de ses choix n'ont peut être parfois pas été les meilleurs pour la victime , mais ils ont un avantage quand même... celui d'aider les autres personnes qui seraient confrontées à une situation similaire à décider différement... d'avoir appris de l'erreur.

Lorsque l'ont fait une erreur, il y'a deux façons de la considérer :

  • La CACHER et se rendre compte de n'avoir donné ni le meilleur à la victime/au patient, ni les apprentissage de ses erreurs aux autres personnes qui risqueraient de la reproduire (et donc par extension aux autres victimes/patients)
  • La PARTAGER et faire profiter les autres de son erreur, de manière à ce que celle qui vient de se produire, soit la dernière. 

Le problème, c'est qu'encore aujourd'hui, la culture de l'erreur reste encore trop attachée à celle du jugement et de la critique