Site du Scope

Un signe de Trousseau est un signe clinique de la spasmophilie

La spasmophilie est une pathologie se manifestant par «un ensemble de symptômes fonctionnels dont le substrat physiologique est l’excitabilité neuromusculaire liée à la réaction de l’organisme aux états de fatigue ou de stress». Sur le plan clinique, on rencontre généralement une personne jeune, de sexe féminin, qui se présente aux urgences ou appel les secours pour un tableau de dyspnée sans désaturation ni autre signe de souffrance respiratoire. Parfois, une douleur thoracique ou des palpitations peuvent apparaitre. La présence d’accompagnants attise la situation comme de l’huile sur le feu, vous reprochant votre nonchalance et votre manque de réactivité.

La spasmophilie est la première phase de cette hyperexcitabilité musculaire, et peut évoluer vers une crise de tétanie (phase II). En phase I, elle provoque une tétanie latente. Physiologiquement, plusieurs hypothèses sont émises quant aux mécanismes de la spasmophilie :

  • Un dérèglement endocrinien et/ou métabolique, basé sur l’équilibre du calcium et du magnésium et, plus ou moins sur la catécholamine : c’est la vision somatique de la spasmophilie
  • Un mécanisme névrotique, plus précisément hystériforme, agissant de manière indirecte par une pratique volontaire ou non, qui est l’hyperventilation : c’est la vision psychiatrique de la spasmophilie
007

L’hyperventilation se traduit par une poly-tachypnée, menant à une hypocapnie. Cette hypocapnie agit en en induisant un déséquilibre chimique, entrainant un dysfonctionnement neuromusculaire, créant des contractions anormales et involontaires.

Le signe de trousseau (appelé vulgairement «mains d’accoucheur») se traduit par le déclenchement d’un spasme carpien s’obtenant en réduisant l’apport sanguin à la main. Le plus souvent, il s’agit du garrottage temporaire lors de la compression avec un brassard à tension.

Dans un tout autre contexte, il peut également s’observer dans des troubles acido-basiques tel que l’alcalose, ou les troubles électrolytiques tels que l’hypomagnésémie, l’hypokaliémie, l’hyperkaliémie, l’hypocalcémie… mais l’explication physiologique est une autre paire de manches…

Retenons donc que dans la spasmophilie, à la suite du désordre chimique induit par l’hyperventilation, des contractions involontaires sont générées et il peut apparaitre comme signe clinique un signe de trousseau, révélé lors de la prise de tension

007

Sources de l'article
Hypoparathyroïdie, Dr F. GROSSENBACHER et Dr. D. ZUMBÜHL, Site internet santeweb.ch : 
https://www.santeweb.ch/Maladies/Hypoparathyro_die.html
Données récentes sur la spasmophilie, Christel Veyret Arnaud. Sciences pharmaceutiques. 1993. ffdumas-02477134f : 
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02477134/document
SPASMOPHILIE – TETANIE, fiche pédagogiques, CATSUF Pôle Pédagogique, Fabien G., Avril 2015 : 
https://www.catsuf.fr/fiches-pedagogiques-public/
Hypocalcémie¸ J. L. LEWIS III, M.D., Brookwood Baptist Health and Saint Vincent’s Ascension Health, Birmingham ; Dernière modification Avril 2020 : 
https://www.msdmanuals.com/fr/professional/troubles-endocriniens-et-m%C3%A9taboliques/troubles  %C3%A9lectrolytiques/hypocalc%C3%A9mie#:~:text=Le%20signe%20de%20Trousseau%20est,avant%2Dbras%20pendant%203%20min

Source image :
https://www.researchgate.net/

Date de dernière mise à jour : 12/10/2021