Site du Scope

La procalcitonine (P.C.T.) est un marqueur annonciateur du sepsis

La procalcitonine (P.C.T.), une pro-hormone polypeptidique de la calcitonine composée de 116 acides aminés et qui est essentiellement synthétisée par les cellules C de la thyroïde. Elle peut également être produite par le tissu neuroendocrinien d'autres organes tels que les poumons et les intestins. En temps normal, le niveau de procalcitonine dans le sang est généralement très bas (< 0,05 µg/l).

Néanmoins dans un contexte infectieux, sa production peut être stimulée dans presque tous les organes par des cytokines inflammatoires et plus particulièrement des endotoxines bactériennes, des concentrations de P.C.T. jusqu’à 10 000 fois supérieures peuvent être observées.  Cette particularité permet d'utiliser ces niveaux comme biomarqueur, du sepsis par exemple. Plus le taux de PCT est élevé, plus la probabilité d'infection systémique et de sepsis l'est aussi.

La cinétique favorable de la P.C.T. permet potentiellement un diagnostic plus précoce et une meilleure surveillance de la progression du sepsis.

023

À la suite des premières observations à la fin des années 80 que la P.C.T. augmente lors d’infections graves, son rôle comme marqueur d’infection a été largement étudié (> 500 publications depuis la moitié des années 90). Des valeurs de P.C.T. < 0,5 µg/l ont été décrites chez des sujets sains, lors de maladies inflammatoires d’origines non infectieuses, d’infections virales et d’infections bactériennes localisées ou non sévères. Par contre, des valeurs de P.C.T. > 2 µg/l ont été observées lors d’infections bactériennes sévères (sepsis, sepsis sévère, choc septique). Une bonne sensibilité et une bonne spécificité de la PCT ont été rapportées lorsqu’il s’agit de distinguer une méningite virale d’une méningite bactérienne.

Comparée à la protéine C réactive (CRP) – un autre biomarqueur souvent utilisé dans le diagnostic d'une inflammation ou d'une infection systémique – la procalcitonine a une bio cinétique supérieure qui se caractérise par une augmentation plus précoce des concentrations en présence d'une infection bactérienne ou d'un sepsis, et d'une diminution plus rapide une fois l'infection contrôlée.

023

Sources de l'article
https://www.radiometer.fr/

https://www.revmed.ch/

Sources image :
https://www.srlf.org/

Date de dernière mise à jour : 04/02/2022