Logo v 2 0

Lors d’une épistaxis, il faut commencer par un mouchage

Souvent considérés comme bénins, les épistaxis, plus communément appelés saignement de nez peuvent représenter de véritables urgences O.R.L. Problématique à la fois simple lorsque le traitement répond favorablement rapidement, à la fois complexe lorsque le saignement ne parvient pas à être stoppé l’épistaxis peut également aussi servir de signe clinique d’une autre pathologie : H.T.A., anticoagulation (chez les patients aves un traitement anticoagulant avec un I.N.R. élevé…)

Mais derrière la problématique d’une épistaxis – notons ici que le mot épistaxis est féminin – se trouve une conduite à tenir allant de la prise en charge secouriste simple à un acte chirurgical O.R.L., en passant par le méchage avec divers dispositifs médicaux.

121

Cliniquement, l’épistaxis est un saignement qui ne s’arrête pas spontanément, sans pour autant qu’il s’agisse forcément d’une problématique grave. Un épisode important, prolongé ou répétitif nécessite toutefois un avis médical. Quand il est antérieur, le sang coule par la/les narine(s) au goutte à goutte. Il peut également se manifester par un saignement à l’étage postérieur, et couler depuis les fosses nasales vers la gorge. Dans ce cas de figure, des thrombus  (de tailles variables) peuvent également ressortir par la bouche.

La prise en charge d’une épistaxis est graduée et proportionnelle à la gravité et à l’étiologie de l’évènement. Le geste le plus simple et parfois suffisant est la compression locale. C’est la technique la plus populaire, car elle permet de stopper la plus grande partie des épistaxis. Il est d’abord conseillé de se moucher lentement et une seule fois avant de comprimer. Cette technique d’hémostase consiste à comprimer la racine du nez entre deux doigts pendant au moins 10 minutes, tête penchée en avant pour éviter l’inhalation de sang. Le but étant de créer une hémostase sur les vaisseaux antérieurs par réalisation d’une constriction mécanique. Il est important de comprimer de part et d’autre avec un mouvement de pince, car la compression d’une narine seule est généralement inefficace. (La compression d’un vaisseau se fait contre une partie dure, ce qui n’est pas possible au niveau des fosses nasales)…

En cas de saignement important, il est préférable en plus de cette technique, de prévoir un récipient pour accueillir les écoulements postérieurs, évitant ainsi le risque accidentel d’inhalation. En cas d’échec, le recours à un méchage ou à la pose de sondes à ballonnets devra être envisagée et un recours à l’avis O.R.L. (en urgence ou à distance) également.

Pour en savoir d’avantage sur les épistaxis et leur prise en charge, il est possible de consulter le Bulletin N°35 : Les épistaxis.

121

 Les épistaxis sont généralement sans gravité mais peuvent également être une véritable urgence médicale

 La première chose à faire pour essayer de stopper le saignement est : un mouchage unique lent pour vidanger les fosses nasales

 Comprimer à l’aide du pouce et de l’index (en formant une pince, tête penchée en avant) pendant 10 minutes les 2 narines

Les sources de l'image
https://www.scmp.com
https://www.brothier.com

Questions / Réponses

Aucune question. Soyez le premier à poser une question.
Anti-spam
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !