Site du Scope

Le Néfopam est un antalgique de pallier I

L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) classe les antalgiques en différents paliers, selon la quantité d’opium qu’ils contiennent et donc de la réponse qu’ils peuvent offrir en fonction de l’intensité de la douleur.  Il existe trois paliers croissants,  amenant leur potentiel analgésique et leurs effets indésirables possibles.

Palier I : Les antalgiques non opioïdes.

Cette famille d’antalgiques est la plus courante et la plus utilisée au quotidien. Ils sont également appelés antalgiques périphériques, car ils ont une action locale (au niveau du système nerveux périphériques) en inhibant l’action d’une enzyme : la cyclo-oxygénase (COX), qui est responsable, entre autres, de la montée de la douleur et de la fièvre.

L’utilisation d’antalgiques de cette famille entraine peu d’effets indésirables. On notera une hypersensibilité gastrique pour les anti-inflammatoires, et une toxicité hépatique en cas de surdosage (supérieure à 4g par jour avec le paracétamol).

Palier II : Les antalgiques opioïdes faibles

004

Cette famille d’antalgiques est souvent utilisée en complément de ceux de pallier 1. Leur action est dite synergique. Ils agissent sur les récepteurs de la douleur : les nocicepteurs.

Leur action est souvent la cause de plusieurs effets secondaires, très fréquents chez la personne âgée : constipation, somnolence, nausées ou vomissements. Leur utilisation prolongée peut provoquer une dépendance physique (addiction à la codéine, par exemple).

Palier III : Les antalgiques opioïdes forts

Cette famille d’analgésiques regroupe les morphiniques et ses dérivés. Ils agissent sur les nocicepteurs opioïdes du système nerveux central. On distingue deux familles : les agonistes (morphine, fentanyl ou oxycodone), qui reproduisent les effets de la morphine, et les agonistes/antagonistes ou antagonistes partiels (comme la nalbuphine ou la buprénorphine) qui ne reproduisent pas tous les effets et ont une action limitée, quelle que soit la dose.

Bien qu’il soit un analgésique central, le Néfopam appartient aux antalgiques de pallier I, car il est non morphinique. Le néfopam a montré un effet sur le frisson post-opératoire au cours d'études cliniques, mais il n'a aucune action anti-inflammatoire ou antipyrétique. Il n'entraîne pas de dépression respiratoire et ne ralentit pas le transit intestinal. Il possède une activité anticholinergique.

Sur le plan hémodynamique, il a été observé une augmentation modérée et transitoire de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. Administré trop vite, il provoque généralement d’importantes nausées voire vomissements.

Rappelons également que le Néfopam ne dispose pas de l’A.M.M. (Autorisation de Mise sur le Marché) pour être utilisé Per Os sur un sucre.

Palier de douleur