Site du Scope

La Nalbuphine est un antalgique de palier III. Comme la Morphine

L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) classe les antalgiques en différents paliers, selon la quantité d’opium qu’ils contiennent et donc de la réponse qu’ils peuvent offrir en fonction de l’intensité de la douleur.  Il existe trois paliers croissants,  amenant leur potentiel analgésique et leurs effets indésirables possibles.

Palier I : Les antalgiques non opioïdes.

Cette famille d’antalgiques est la plus courante et la plus utilisée au quotidien. Ils sont également appelés antalgiques périphériques, car ils ont une action locale (au niveau du système nerveux périphériques) en inhibant l’action d’une enzyme : la cyclo-oxygénase (COX), qui est responsable, entre autres, de la montée de la douleur et de la fièvre.

L’utilisation d’antalgiques de cette famille entraine peu d’effets indésirables. On notera une hypersensibilité gastrique pour les anti-inflammatoires, et une toxicité hépatique en cas de surdosage (supérieure à 4g par jour avec le paracétamol).

Palier II : Les antalgiques opioïdes faibles

004

Cette famille d’antalgiques est souvent utilisée en complément de ceux de pallier 1. Leur action est dite synergique. Ils agissent sur les récepteurs de la douleur : les nocicepteurs.

Leur action est souvent la cause de plusieurs effets secondaires, très fréquents chez la personne âgée : constipation, somnolence, nausées ou vomissements. Leur utilisation prolongée peut provoquer une dépendance physique (addiction à la codéine, par exemple).

Palier III : Les antalgiques opioïdes forts

Cette famille d’analgésiques regroupe les morphiniques et ses dérivés. Ils agissent sur les nocicepteurs opioïdes du système nerveux central. On distingue deux familles : les agonistes (morphine, fentanyl ou oxycodone), qui reproduisent les effets de la morphine, et les agonistes/antagonistes ou antagonistes partiels (comme la nalbuphine ou la buprénorphine) qui ne reproduisent pas tous les effets et ont une action limitée, quelle que soit la dose.

La Nalbuphine est un antalgique de pallier III, Il est donc indiqué comme antalgique puissant, en agissant sur les récepteurs cérébraux. Elle est utilisée dans le traitement de courte durée des fortes douleurs pouvant faire suite à une fracture, une intervention chirurgicale... Elle peut également être prescrite en obstétrique en début de travail. En revanche, elle est contre-indiquée ou s’utilise sous réserve devant un traumatisme crânien,  une hypertension intracrânienne, d'insuffisance respiratoire, hépatique ou rénale.

Dans les éléments de surveillance, on retrouve fréquemment la somnolence, les vertiges, les nausées/vomissements, une sensation de bouche sèche, des céphalées ou hypersudation…

Palier de douleur

Date de dernière mise à jour : 12/10/2021