Site du Scope

Il existe un trouble neurologique appelé syndrome de la queue de cheval

La queue de cheval est une partie nerveuse anatomique appelée ainsi du fait de sa ressemblance avec une queue de l’animal du même nom. Elle se compose de racines nerveuses au niveau de l’extrémité inférieure de la moelle épinière, et débute entre la dernière vertèbre thoracique (T 12) et la 2ème vertèbre lombaire (L 2).

Le syndrome de la queue de cheval (ou Cauda Equina) est dû à une compression des racines nerveuses, quel que soit le mécanisme de compression. Ces racines sont plus sensibles car leurs épinèvres (enveloppe externe) est minime : elles sont donc moins protégées contre les compressions ou les étirements.

De manière générale, la compression d’une racine nerveuse va générer une sensation de poids, des douleurs, une perte de sensibilité, une diminution des réflexes et une baisse de la force musculaire dans un territoire donné.

Le syndrome de la queue de cheval se constitue lorsque l’ensemble (ou une grande partie) des racines nerveuses, situées dans la région rachidienne concernée, sont comprimés par un effet de masse au sein du canal rachidien.

015

Il se manifeste par les symptômes suivants :

  • Des douleurs lombaires basses
  • Des troubles sensitifs des membres inférieurs
  • Diminution des réflexes ostéotendineux et du tonus musculaires des membres inférieurs
  • Une anesthésie en selle (anesthésie ou hypoesthésie périnéale, des organes génitaux externes et de l’anus)
  • Des troubles moteurs pouvant aller jusqu’à une paralysie (unilatérale ou bilatérale)
  • Un trouble du fonctionnement sphinctériens (rétention aigüe d’urine, énurésie, encoprésie, trouble de l’érection, perte du tonus rectal…)
  • Anomalie des réflexes bulbocaverneux et anaux

Un syndrome de la queue de cheval non traité peut engendrer une paralysie complète des membres inférieurs.

Le diagnostic repose sur l’I.R.M. ou le myélo-scanner.

Le syndrome de la queue de cheval est une urgence neurologique. La compression existante des racines nerveuses doit être retirée le plus rapidement possible. Un traitement par corticothérapie doit être débuté le plus précocement possible, en l’absence de signes infectieux. La levée de la compression est chirurgicale. Elle passe par une laminectomie associée à un geste de décompression le plus large possible, puis par une stabilisation si l’intégrité vertébrale est fragilisée ou instable.

En préhospitalier, tout patient suspect d’un syndrome de la queue de cheval devra être installé en décubitus dorsal, au repos strict, la surélévation de la tête légère étant possible en l’absence de processus traumatique. Si un processus traumatique est identifié, une immobilisation du rachis dorso-lombaire sera mise en œuvre.

Malgré une intervention rapide dans les 6h, 30% des patients garderont des séquelles invalidantes.

015

Sources  de l'article :
Advenced Medical Life Support deuxième édition
, chapitre 5 Troubles neurologiques, Syndrome de la queue de cheval (Cauda Equina) page 224, NAEMT 2018

Syndrome de la queue de cheval : question Internat 227 : 
https://neuro-dev.unilim.fr/IMG/pdf/231_sqc.pdf

Source image :
https://www.alamyimages.fr/

Date de dernière mise à jour : 06/12/2021